Le témoignage historique, une transcription audio à part

La retranscription d’un récit autobiographique, d’un témoignage, un exercice à part ? Lorsque l’histoire personnelle rejoint l’Histoire avec un grand H, comment restituer fidèlement un témoignage, la teneur de l’interlocution tout en restant objectif ? Quelle tonalité convient-il d’adopter ? Lorsque la retranscription audio devient devoir de mémoire, quelles exigences devons-nous avoir en tant que transcripteur ? Autant de questions auxquelles nous allons tenter de répondre dans cet article.

Faire le choix de la retranscription intégrale mot à mot

Le choix de la retranscription intégrale mot à mot s’impose comme une évidence afin d’éviter toute interprétation. En effet, on ne peut se substituer aux propos de l’interviewé(e), et c’est encore plus vrai dans le cas d’un témoignage historique. Il faut éviter la retranscription de synthèse afin de ne pas se couper d’un élément essentiel du témoignage. Les propos doivent être restitués tels qu’ils sont prononcés à l’oral. Mais alors, quid de l’interlocution et de la tonalité du discours ? Il est important de retranscrire avec justesse le ton employé (colère, tristesse, peine, rire). Dans ce cas, le recours à des didascalies ou à des notes peut s’avérer utile à l’écrit pour contextualiser les propos dans la retranscription. Le contexte d’énonciation reste important et éclaire aussi le discours (caractérisation de la parole). Toutefois, ces notes doivent être en accord avec ce qui est dit et ne peuvent pas être sujettes à interprétation.

Faire preuve d’objectivité

Ce qui nous amène à l’objectivité en retranscription audio. Le registre émotionnel a une grande part dans le témoignage historique. Lorsque le parcours est un récit de mort, de souffrance, de peine, de traumatisme, les émotions sont d’autant plus à considérer. Toutefois, il n’appartient pas au transcripteur de juger. Il doit rester objectif. En transcription, nous ne jugeons pas, nous transcrivons. Nous nous mettons au service du propos que nous retranscrivons. Pour cela, il est nécessaire d’être attentif et de bien écouter. Il faut bannir la transcription automatisée via un logiciel. Il s’agit d’une écoute bienveillante qui décrypte et couche par écrit les propos énoncés. Parfois, la qualité sonore d’un témoignage peut être moyenne. Il existe quelques solutions pour l’améliorer en suivant des bonnes pratiques de transcription audio.

Se documenter

Un autre élément est la portée historique du témoignage. La transcription d’un tel témoignage ne peut se faire sans se documenter, sans entreprendre en parallèle des recherches historiques approfondies. Le devoir du transcripteur est de s’informer avec exactitude pour la compréhension de la transcription. Même si vous disposez d’un solide bagage historique, la retranscription doit être agrémentée de lectures sur la période afin d’éviter qu’un événement ou la compréhension de l’événement ne vous échappe. Se documenter en ligne en consultant des fonds d’archives, des coupures de presse, des témoignages de l’époque est donc indispensable.

Vous l’aurez compris, la retranscription d’un témoignage historique est un exercice singulier qui nécessite objectivité et documentation. Cet article est le fruit d’une réflexion sur une transcription audio en espagnol que j’ai eue à réaliser. Elle portait sur le témoignage d’un homme qui s’est engagé dans toutes les batailles et dont l’histoire personnelle a traversé l’Histoire : la guerre civile espagnole, la déportation, sa vie quotidienne dans le système concentrationnaire nazi, le récit de sa survivance dans le camp de concentration de Mauthausen jusqu’à sa libération. Un témoin historique, un rescapé de l’histoire dont le témoignage a pu parvenir à ses proches par la retranscription laissant ainsi une trace écrite de son passé et de sa mémoire.

Vous souhaitez en savoir plus sur le service de transcription audio en français ou en espagnol, n’hésitez pas à consulter la rubrique transcription audio ou à contacter hispeo.


Stéphanie Soler

Fondatrice et gérante d'hispeo, diplômée en traduction commerciale de la Chambre de Commerce d'Espagne, a travaillé en Espagne et en France dans différents secteurs industriels. 15 ans d'expérience en traduction technique et transcription audio français-espagnol. Récemment formée au community management, rédaction web et stratégie social media chez Esecad (Groupe Skill & You).