La traduction technique, une histoire d’experts ?
Mode d’emploi et conseils

La traduction technique, une histoire d’experts ? Sans aucun doute. Mais, il s’agit aussi et avant tout de méthodologie. Qu’il s’agisse d’un manuel technique, d’une notice, d’un brevet, voici 3 conseils pour vous aider à traduire un texte technique.

Conseil n° 1 : effectuer une recherche terminologique adéquate en cherchant des lexiques spécialisés, dictionnaires bilingues et unilingues

Qu’il utilise ou non un outil de TAO (Traduction Assistée par Ordinateur) ou d’aide à la traduction SDL trados, PAO, le traducteur technique doit être en possession d’une solide base terminologique (glossaires), de compétences linguistiques, avoir son actif des études de traduction (Master de traduction) ainsi qu’une expérience dans le domaine technique (Industrie, Ingénierie; etc).

Quelque soit le secteur d’activité, chaque texte technique a une terminologie propre et sa technicité. Il est pertinent d’effectuer un travail terminologique, de se documenter dans le domaine de spécialisation (recherches documentaires).

Tout comme il est important de se trouver le glossaire adéquat en lien avec la thématique de votre texte, du lexique spécialisé au plus généraliste.

Pour cela, il est judicieux de rechercher les termes techniques bilingues dans les catalogues produits des industriels (si vous devez traduire des machines ou des pièces). Nombreux industriels et fournisseurs disposent de site e-commerce bilingue avec de la documentation technique. Pour vos documents techniques, il est intéressant de consulter aussi les termes dans une base terminologique regroupant plusieurs domaines techniques et scientifiques :

Voici trois ressources terminologiques multilingues qui peuvent vous aider à traduire en plusieurs langues :

  • Le glossaire terminologique de l’Union Européenne. IATE regroupe de nombreux domaines et termes techniques (transport, agriculture, Industrie, traduction médicale, traduction scientifique). Vous pouvez également trouver des traductions économiques, traductions financières; etc.) très utiles à l’heure de traduire.
  • Un catalogue d’industriel et de pièces (avec la traduction de nombreuses pièces). Il peut être intéressant de consulter des brochures techniques.
  • Techdico. Dictionnaire en ligne multilingue. Traduction instantanée en anglais, allemand, espagnol, portugais;etc).

Il est important également de ne pas négliger les dictionnaires unilingues. En effet, trouver la définition d’un terme dans un dictionnaire aide à s’approcher de sa traduction.

Exemple de traduction technique

Regardons un exemple précis de traduction technique en espagnol. Observons le terme “camion toupie” en BTP. Si l’on cherche la définition du terme en français dans un lexique spécialisé BTP, on trouve la définition suivante : “Camion toupie“, camion équipé d’une cuve rotative inclinée dans laquelle le béton frais est maintenu en mouvement durant son transport vers le chantier”. Il s’agit donc du camion que l’on voit souvent sur les routes avec une cuve tournante qui malaxe le béton.

En connaissant la définition du terme, on s’approche au plus près de sa traduction en espagnol. Au Mexique par exemple, une toupie sera un camión mezclador de concreto (de mezclar, mélanger en espagnol). En Espagne, on parlera plutôt de camión hormigonera (de hormigón, béton en espagnol).

En effet, comme le souligne le Diccionario de la Real Academia Española (RAE), le terme “concreto” est un américanisme del inglés “Concrete qui fait référence à “Homigón” en Espagne (mezcla de agua, arena, grava y cemento, RAE). Ce que rappelle également le Dicionario de Americanismo de la Real Academia Española dans sa définition du terme concreto .” Material de construcción resultante de la mezcla de piedras menudas, arena, agua y cemento“.

Ici, le terme “concreto” désigne donc le béton au Mexique et dans d’autres pays latino-américains, alors qu’en Espagne, on emploiera plutôt le terme “hormigón” pour béton (un point essentiel à l’heure de traduire selon le public visé !). Vous l’aurez compris, l’usage du dictionnaire est donc indispensable pour vous aider dans votre travail terminologique.

traduction en espagnol camion toupie

Si vous souhaitez en savoir plus sur les dictionnaires bilingues et unilingues, n’hésitez pas à consulter cet article d’hispeo : bien choisir son dictionnaire d’espagnol : sélection des dictionnaires de référence (utile également pour la traduction juridique et le traducteur juridique).

Concernant les notions de langue source et langue cible en traduction, et une réflexion plus large sur ce que représente une bonne traduction, vous pouvez découvrir cet article ici sur la notion de fidélité en traduction ?

Conseil n° 2 : uniformiser et visualiser la traduction

Ce qui nous amène au point suivant : uniformiser et visualiser sa traduction. Oui, vous avez bien lu ! Il faut visualiser ce que vous traduisez. Lorsqu’on traduit un texte technique, il est difficile d’avoir sous la main un ingénieur ou technicien dont c’est le métier.

Ainsi, si vous devez traduire la notice d’une machine ou traduire des pièces, il est nécessaire de consulter des schémas de machines (montage, fiches de technique, des catalogues d’industriels) ou faire une recherche dans Google Images. Pour réaliser des traductions, visualiser et comprendre ce que l’on traduit est donc primordial.

L’uniformisation du jargon technique et la cohérence terminologique en traduction technique sont tout aussi essentielles. Dans un document technique, un terme métier peut apparaître de différentes façons. Il faudra donc uniformiser le terme dans la traduction dans un souci de cohérence et s’y tenir. “Un camión mixer”, “un camión mezclador de concreto”, “un camión hormigonera” revêt la même traduction (camion toupie ou camion malaxeur). Choisir, c’est renoncer. Il faudra se tenir au terme choisi. Dans cette optique, il est utile de se constituer son glossaire et sa propre base terminologique. Tout comme il est judicieux d’enrichir et d’alimenter les données terminologiques afin de les actualiser (enrichissement constant de votre mémoire de traduction, des bases de données terminologiques, fiches terminologiques, vocabulaire; etc).

Pour les travaux de traduction, un travail approfondi de révision et de relecture sera bien entendu nécessaire pour assurer la qualité des traductions (contrôle qualité).

Conseil n° 3 : participer à des forums de traduction et échanger sur les termes techniques

Enfin, pour traduire, rien de tel qu’échanger et poser des questions lorsqu’un on a un doute sur les forums de traduction. Participer à un forum de traduction permet parfois de confronter sa vision lorsqu’on rencontre un doute, une difficulté sur un terme à traduire.

L’échange peut vous permettre aussi d’avancer dans votre traduction et dans vos recherches. Des forums comme WordReference ou Proz permettent de poser des questions sur des termes à traduire à des traducteurs techniques ou à des locuteurs natifs de la langue.

La traduction technique, une histoire d’experts ? Peut-être bien, mais aussi une histoire de méthode et d’investigation. Le traducteur technique est avant tout un terminologue toujours en quête du bon mot et du bon sens.

Cet article vous a intéressé ? L’article est disponible également en espagnol ici. Découvrez également d’autres articles et thématiques sur les métiers de la traduction, de la transcription audio et de la rédaction Web sur le blog d’hispeo.

Pour vos projets de traduction, vous souhaitez en savoir plus d’informations sur le service de traduction en espagnol ou en français ou faire une demande de traduction ou solliciter un devis traduction ? Vous êtes à la recherche d’un traducteur professionnel pour vos traductions spécialisées, n’hésitez pas à contacter hispeo.


Stéphanie Soler

Fondatrice et gérante d'hispeo, diplômée en traduction commerciale de la Chambre de Commerce d'Espagne, a travaillé en Espagne et en France dans différents secteurs industriels. 15 ans d'expérience en traduction technique et transcription audio français-espagnol. Formée au community management, rédaction web et stratégie social media chez Esecad (Groupe Skill & You).